• AIR GEAR T32

    6,5 / 10

     

      Résumé : Lors de la bataille sur le porte-avions contre les forces de Genesis, Kaito s’est lancé dans le récit de ce qu’il a vécu avec Gazelle. On y apprend que très jeunes, les frères Sora s’en sont pris à elle pour essayer de lui voler ses ailes, et qu’ils ont réussi. Mais le professeur Minami a réussi à sauver une partie d’elle... Une fois le combat terminé, Agito promet à Arthur et Charlotte que les Kogarasu Maru régleront le problème Takeuchi.
      Buccha, de son côté, se voit confronter à Orca, le redoutable adversaire qu’Agito a déjà affronté au camp d’entraînement, quelque temps plus tôt. Le combat s’annonce inégal, mais Buccha est loin d’avoir mobilisé toutes les ressources dont il est capable...

      Critique : Encore un bilan mitigé pour ce 32ème opus de la série Air Gear.
     
    Alors, d'abord les points négatifs : une obsession pour les petites culottes (je sais, je sais, je me répète), un scénario qui s'enfonce de plus en plus dans la violence et la noirceur (et qui étouffe la poésie dont est capable l'auteur), une histoire lente (même plus que lente), les personnages ne nous sont plus sympathiques. En gros, j'aimerais vraiment retrouver l'ambiance des premiers volumes (avant cette histoire farfelue et interminable des frères Sora ou je ne sais quoi).
      Mais bon, j'ai réussi à déceler quelques points positifs pour ne pas trop vous déprimer : un dessin toujours à la hauteur, des combats géniaux, des explications scientifiques et précises à chaque phénomène plus qu'étrange (par exemple pour les techniques plus incompréhensibles les unes que les autres) etun effort de poésie dans l'histoire de Gazelle et Kaito.
      Malgré ce bilan plus mauvais que bon, je reste attaché à cette série car elle a été l'une des premières que j'ai suivi (et que je n'ai pas abandonné en cours de route). Je crois en Oh!Great mais bon sang de bon soir! (pour être plus que poli) faîtes que cette histoire se termine pour qu'on puisse passer à autre chose! Et donc, si je pouvais m'adresser à l'auteur directement, je lui dirais : "Tu pars en live, mec."
      Enfin bon, fermons la parenthèse et redevenons sérieux. J'ai une dernière chose à dire : la fin du volume est prometteuse car elle nous montre que l'auteur est toujours accroché à une valeur fondamentale qui est ... l'amitié !

    JUROLE

    Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :